Tuesday, February 28, 2006

Crepes, pancakes, pfannkuchen, blintz and co

J'ai toujours trouvé cela étonnant que les étrangers nous envient nos crêpes, quand on sait que la plupart des pays en ont une version. Quand j'étudiais en Angleterre, les beaux garçons se pâmaient quand on leur faisaient une crêpe-party, pourtant, rien de plus simple à faire que les crêpes, non? De même, en Allemagne, on se fait facilement des amis avec quelques crêpes toutes bêtes. Bon, c'est vrai, on n'en fait pas souvent non plus, car c'est juste un peu long, mais rien d'insurmontable non plus.

En me rendant sur blog actu, j'ai appris que le forum marmiton préparait aujourd'hui la JIC ou journée internationale de la crêpe. Sur le forum de Nigella, tout le monde s'apprête également à crêper, chacun à sa manière.

A l'origine, le jour de Mardi-Gras, c'est non seulement la fin du carnaval, mais aussi le moment de finir ses restes d'huile, beurre et oeufs avant le Carême. D'où la tradition des crêpes qui vous débarasseront de tous ces aliments de pêcheurs;-)

Bon, alors, le problème est d'avoir une bonne recette de crêpes. On peut jeter un coup d'oeil à Ginette Mathiot et Bocuse, mes deux références de cuisine traditionnelle, mais le meilleure recette de crêpes, je l'ai trouvée dans un magazine pour jeunes filles d'outre-Rhin (Brigitte Young Miss, que j'avoue avoir lu sans être une jeune demoiselle, parce que l'allemand y était à peu près compréhensible) il y a quelques années. Elle est très riche en oeufs et donne des crêpes très moelleuses, je vous mets les proportions :

4 oeufs
150g de farine
300 ml lait
une pincée de sel
50g de sucre
zeste de citron râpé
1 cs d'huile ou beurre

Aujourd'hui, j'avais prévu de faire une recette du dernier delicious (que Doriann a déjà bidouillée à sa façon), je vous mets aussi leurs proportions

150g farine
1cc sucre
300ml lait entier
2 oeufs
pincée de sel

Je n'ai pas encore arrêté mon choix sur la recette de base...

Pour la garniture, je vais faire comme delicious en bidouillant moi aussi un chouïa pour la simple raison qu'il a neigé toute la journée et que j'ai moyennement envie de mettre le nez dehors avec Bibou.

Il faut faire une sauce butterscotch avec 100g de vergeoise blonde (pour 6 personnes), 80g de beurre et 125 ml de crème double à feu doux.

Ensuite, on fouette 300ml de crème double (fleurette?), puis on ajoute 1,5 cs de sucre glace tamisé, 1 cs de cognac (je mettrai du rhum), 2 cs de chicorée liquide (dont je me passerai) et 2 cs de noix hachées grillées à la poêle.
On garnira les crêpes de cette crème, nappera de sauce et parsèmera avec quelques noix. Miam, ça promet.

Comme je n'irai pas à la GMS (je ne dis plus SM à cause de Kobayashi qui a l'esprit tordu!), je prendrai de la ricotta ou du yaourt au lieu de la crème.

Ah, et donc, les photos, c'est pour plus tard;-)

Sunday, February 26, 2006

Gateau au chocolat brésilien




Ah, le Brésil, rien que son nom fait rêver! Et on se demande bien ce que peut être un gâteau au chololat à la brésilienne...avec du café? du guarana? du schweppes citron? Eh bien non!

Je viens d'acheter un blender afin de préparer au Bébé ses petites purées mixées finement et des compotes bien lisses, et je me demandais à quoi d'autre il pourrait bien me servir. Des smoothies? Oui, je m'en fait presque tous les jours, c'est parfait pour moi et le Papa qui sommes de grosses feignasses quand il s'agit de laver, peler et manger des fruits entiers par et pour nous-mêmes. De la mayonnaise? Oui, mais pas trop souvent quand même...rapport à la grippe aviaire et au cholestérol.
Et c'est là que mon amie de forum DG, alias Domestic Goddess, me donne plein de recettes brésiliennes utilisant le blender pour lisser les ingrédients liquides et le sucre et me livre en même temps quelques trucs pour ne pas se prendre la tête en pâtissant. Car au Brésil, comme dans les recettes de famille chez nous, on fait souvent un peu au pif sans trop s'appuyer sur des indications bien précises pour les gâteaux qu'on fait et refait.

Donc, relax relax relax! Même les ingrédients ne doivent pas être de la meilleure qualité, ainsi, du cacao sucré pour enfants ferait l'affaire. Mais je n'ai que du pur cacao, que je mélange à quantité égale avec du sucre glace.

Et j'obtiens un gâteau avec une croûte qui craque, et une mie intense et "chewy", très très bon. Et je ne le glace pas mais l'accompagne d'un peu de crème fraîche pour le contraste.

Merci DG!!! :-*

Préchauffer le four à 180°C.
Dans une jatte assez large, mélanger 2 tasses (+- 250ml) de cacao sucré à 2 tasses de farine et un sachet de levure. Dans le broc du blender, mettre 2 tasses de sucre (ou un peu moins si ça vous fait peur) en poudre, deux oeufs, une tasse de beurre fondu (j'ai mélangé beurre et margarine allégée à 60%) ainsi qu'une tasse d'eau bouillante et bien mixer. Verser ensuite cette émulsion sur la farine et bien mélanger. Verser dans un moule et laisser cuire environ 45min.

(Ma part est irrégulière car j'ai un moule en silicone et ne voulais pas couper au couteau!)

Thursday, February 23, 2006

expédition bio

Hier, pendant que la Mamie gardait le Bébé, le Papy et moi en avons profité pour aller à la découverte d'un (pensions nous) supermarché bio en dehors de la ville. Sautant dans ma petite auto noire, que retrouver n'a pas été chose facile, ayant une mémoire passoire, nous sommes partis à l'aventure dans les rues de l'agglomération, à la recherche de la bonne ZAC. Nous l'avons finalement trouvée sans trop de mal, après avoir dû changer de file en dernière minute, mais les automobilistes de province sont plus coulants que les Parisiens (ça me rappelle une pub pour le journal du même nom). Mais ce que nous ne savions pas, c'est que la ZAC était formée de bébés-ZAC emboîtées comme un jeu de construction autour de ronds-points plus pénibles les uns que les autres. (Hum, oui, j'ai le permis depuis quelques temps, mais l'auto depuis peu, si je cale plusieurs fois devant vous, prenez patience, car je n'ai pas de A écarlate sur mon pare-brise arrière). Et bien sûr, nous en savions pas exactement dans quelle zone nous engager. D'ailleurs, je ne félicite pas les urbanistes qui ont pondu ce dédale commercial.

Trouvant enfin le magasin bio, bien décevant par rapport à nos visions d'emporium du panais, de superstore du lait de riz et d'hyper de la purée de sésame, nous optîmes finalement pour un petit panier chacun, au lieu d'un chariot à roulettes. Et là, chacun suivit son chemin, et je découvrai avec plaisir les gourmandises tant vantées par les amis blogueurs



Voici donc mon butin du jour :
du lait de riz nature
du lait de noisettes
du sirop de riz (pourra-t-il remplacer le golden syrup?)
des farine de châtaigne pour la galette de Cléa entre autres, et de kamut pour un pain sud-africain trouvé dans ce beau livre
de la levure de boulanger en boîte (pour toutes ces recettes dosées à la cuillère à café)
des lentilles corail que j'adore et ne trouve nulle part sinon
deux bières, une pour le Papa et une à la châtaigne (j'aime les expériences nouvelles...)
de la purée de noisettes pour tenter de faire un nutella maison

Tuesday, February 21, 2006

Terroir, quand tu nous tiens! (les jeannots/échaudés)



Les jeannots sont des petits gâteaux qui portent aussi le nom plus savant d'échaudés, du fait de leur cuisson en deux temps. En effet, tout comme les bretzels et les bagels, les jeannots (notez que ces trois gourmandises ont des noms bien "terroir", chacun selon son obédience) sont façonnés puis jetés dansun bain d'eau bouillante avant d'être cuits au four.
Mon Papa en raffole, et nous les a fait aimer. Autrefois cuits avec des chutes de pâtes à pain agrémentées de graines d'anis et cuits dans le four à pain dans les fermes, les échaudés se font aujourd'hui rares sur les tables et dans les boulangeries locales. Encore une fois, chaque famille en a sa version, soit de gros tricornes très peu sucrés et durs comme la pierre, soit de petits triangles presque feuilletés et très secs, soit de petits gâteaux sucrés, comme briochés. Parfois,ils sont tellement secs qu'ont les faisaient macérer dans du vin chaud avant de les déguster en dessert, après une rude journée de labeur sur les causses.

Profitant de la visite de mes parents pour confectionner ces friandises très sages (voyez comme je me suis trouvé un gentil marmiton), nous avons délibéré quant à l'utilisation d'une pâte levée contre une pâte à gâteaux. Piochant à nouveau dans l'excellent "Recette paysannes en Aveyron" aux Editions du Curieux, nous avons tout simplement suivi la recette d'une fermière-aubergiste, mais il a fallu lire entre les lignes une fois de plus.

Le résultat est très satisfaisant, nous les avons dégustés au goûter, qui les croquant, qui les trempant dans un chocolat à l'ancienne. Ils sont très proches des originaux, et par la forme, et par leur croûte. Mais comme ils contiennent des oeufs, ils sont un peu plus jaunes mais d'autant plus gourmands. (Notez qu'ils sont très très sages avec leur verre de sucre et les deux cs d'huile pour un kilo de farine).

Pour une trentaine de jeannots

1 kg de farine
1 verre de sucre (pesé : 150g)
3 oeufs (la recette dit 3 ou 4)
2 cs d'huile neutre
1cc sel
1/2 sachet de levure chimique
3cs d'anis en grains
du lait

Faire tremper l'anis dans un peu d'eau tiède quelques minutes.
Mélanger ltous les ingrédients et rajouter du lait (un verre environ) jusqu'à obtention d'une pâte dure selon la recette, en fait, une pâte comme une pâte à pain un peu rigide.
Abaisser la pâte sur un cm d'épaisseur, découper des ronds avec un verre à bord large (environ 8 cm de diamètre)

et former des tricornes en rabattant trois points vers le centre.





Préchauffer le four sur 190°C.
Préparer une marmite d'eau bouillante avec au moins deux litres. Echauder les gâteaux en plusieurs fois. Lorsqu'ils remontent à la surface, les retirer du feu et les placer sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé. Les faire cuire une bonne demi-heure selon que vous les aimez dorés ou brûnis.



Allez, encore une!

Monday, February 20, 2006

Riz à l'indienne aux crevettes et noix de cajou - Prawn and cashew nut rice


Une recette sympatoche dénichée dans le dernier delicious, qui fait penser à une paella ou plutôt un jambalaya, mais parfumé d'arôme indiens. L'auteur, Vicky Bhogal, écrit des livres de cuisine indienne qui ne sont pas, à ma connaissance, traduits en français. Elle partage des recettes de cuisine authentique, c'est à dire légères, simples et parfumées, loin des plats servis dans les restaurants, nous dit-elle.
J'ai bidouillé un peu au niveau des épices. Le fait que j'aie de la coriandre est un petit miracle, elle me reste de mon expédition il y a deux samedis au marché. Un peu d'herbe fraîche, ça change tout, mais ce n'est pas son absence qui m'aurait empêchée de faire cette recette!!!

Pour deux bonnes portions

une cc de graines de cumin (j'ai remplacé le cumin par des graines de cardamome et de coriandre écrasées grossièrement)
un oignon
3 gousses d'ail
75g de noix de cajou
deux tomates en dés
400g de crevettes cuites, épluchées
125g de basmati

Faire revenir les épices dans de l'huile chaude jusqu'à ce qu'elles grésillent (les miennes ont noirci, mais le goût ne s'en est trouvé que meilleur), puis jeter l'oignon et l'ail émincés dans la poêle et laisser cuire quelques minutes. Ajouter ensuite les noix de cajou, et laisser quelques minutes avant d'ajouter les tomates en dés. Attendre que leur jus s'évapore, ajouter les crevettes, puis le basmati et remuer à sec deux minutes, avant de verser 325 ml d'eau. Porter à ébullition et baisser le feu très bas, couvrir et laisser cuire jusqu'à ce que le riz soit cuit. Remuer à la fourchette pour aérer le tout, servir parsemé de coriandre hachée avec un quartier de citron vert.

******************************************************************************
For two sizeable portions (I write as I remember making it, perhaps not 100% similar to delicious and Vicky Bhogal!)

1 tsp cumin seed (sub'd by crushed cardamom and coriander seeds)
1 onion, chopped
3 garlic cloves, chopped
75g cashew nuts
two tomatoes, diced
400g prawns, cooked and peeled
150g basmati rice

Heat the oil in a good-size frying pan and fry the spices in it until they sizzle (mine caught, but that made them only better
somehow), then throw in the onion and garlic and let cook for a few minutes. Then add the cashew nuts and fry for a further two minutes before adding the tomatoes. Wait until any juice has evaporated before adding the prawns, then the rice and fry for a further two minutes. Pour 325ml water and bring to the boil. Lower the heat to a very low setting, cover and cook until the rice has absorbed the water and is cooked through. Fluff the whole with a fork and serve with fresh chopped coriander leaves and a lime wedge.

Sunday, February 19, 2006

Carrés au citron devenus tarte!



Il court sur les blogs une épidémie de ces carrés au citron, vus chez Requia, Céline et j'en oublie sûrement! Cousins des lemon bars qui eux aussi sont assez contagieux, ils sont devenus chez moi une petite tarte toute simple et très très facile que j'ai servie avec un petit coulis de framboises (hé hé, maintenant que je sais à quel point c'est fastoche!)

Tout d'abord, pour ceux qui m'accuseraient de trop faire de pâtisserie ces jours-ci, je dirais ceci : j'étais obligée, car nous avions des invités de dernière minute (enfin, tout est relatif), d'ailleurs, c'est souvent les meilleures soirées, non? Et donc, après le gâteau au chocolat de la St Valentin, et les muffins (allégés!) de samedi matin, samedi soir m'a vu concocter cette petite recette.

Je rappelle qu'elle provient du mini marabout "carrés gourmands", une petite mine à deux euros, qui a déjà fourni matière à blog avec les carrés aux dattes. Deux recettes parfaites, deux euros, c'est déjà largement amorti je trouve.
Ces mini marabout, comme beaucoup de la collection "chef", sont des traductions de best-sellers australiens du magazine Australian Women's Weekly, que j'imagine un peu comme un lointain parent de notre Femme Ac' national (quoiqu'inspiré d'un modèle allemand et existant également en GB).

J'ai tout fait au mixer, d'abord la pâte, qui est crémeuse, et que j'ai ensuite étalée à la spatule dans un moule à tarte en silicone, donc aucun souci ; ensuite la crème, qui est très liquide, mais qui n'a pas fui sous le biscuit comme je le craignais. Je n'ai pas mesuré exactement le jus de citron, j'ai juste pressé deux citrons assez juteux. Pendant la cuisson, j'ai un peu douté de la cuisson de la crème, qui semblait prendre en omelette sur les bords du moule. le dessus n'est en effet pas très joli (d'où un habile saupoudrage de sucre glace par la suite, mais au final, c'est vraiment délicieux, la croûte qui s'est formé n'a rien en commun avec l'omelette, c'st plutôt une couche extrêmement mince de meringue qui recouvre le fondant au citron.
Bon, voila, j'espère avoir moi aussi contribué à vous mettre l'eau à la bouche! Je vous redonne la recette quand même :

Lemon tart (hi hi, tart a un double sens en anglais, je vous laisse chercher)

125g de beurre
40g de sucre glace
185 g de farine
3 oeufs
150g de sucre en poudre
2 cc de zeste de citron rapé
125 ml de jus de citron


Préchauffer le four a 180°. Tapisser un moule de papier sulfurisé ou utiliser un moule en silicone.

Fouettez le beurre et le sucre glace jusqu'à obtention d'une crème lisse. Incorporer 150g de farine et garnirle fond du moule avec cette préparation.
Enfourner pour 15mm : la pâte doit être légèrement doreé.

Battre les oeufs, le sucre, le reste de la farine, le zeste et le jus de citron Verser le sur la base chaude et faire cuire au four environ 20mm: la crème doit être ferme sous le doigt.
Laisser refroidir complètement le gâteau dans le moule avant de le découper et saupoudrer de sucre glace.

Saturday, February 18, 2006

Muffins citron-ricotta vus chez Cléa / Lemon and ricotta muffins


Ces derniers jours, j'ai refait un tour des blogs que j'aime bien en essayant de me rappeler quelles recettes je voulais essayer (le fudge de chez Omelette, la galette aux chataignes de Cléa, les carrés lactés de Claire Emma...) et j'ai donc créé un fichier dans mes docs. Or, quand je suis tombée sur les muffins au citron de chez Cléa hier (cliquez sur le lien pour la recette), j'ai eu un petit pincement au coeur et j''ai tout de suite copié-collé la recette. Déjà, la photo aurait suffit à me les faire essayer, et le fait qu'ils contiennent de la ricotta et du citron aussi, bon, je n'aime pas l'essence d'amandes amères, mais c'est un détail. Mais en plus la recette lui vient d'une amie qui s'appelle Maya, comme mon Bébé. Il FALLAIT que je les essaye.
Le problème, c'est que malgré mon petit régime, j'ai de nouveau du mal à fermer mon pantalon, mais en lisant les commentaires, j'ai vu que Cléa utilisait du beurre à 20%, la coquine! D'habitude, j'ai toujours de la margarine à 60% sans mat.gr.hydrogénées dans mon frigo, mais évidemment, en ce moment, je n'ai que du beurre (médaille d'or) qui était en promo vendu par deux plaques. No problemo, car le beurre allégé contient en fait peu de beurre mais beaucoup d'eau, j'ai donc utilisé moitié beurre et moitié lait. Et puis j'ai mis 100g de fructose au lieu des 150g de sucre. (J'ai déjà dit quelque part que le fructose est contreversé, mais j'essaie d'écouler mon stock).
Le résultat? des muffins forts en citron, moelleux qu'on a presque descendus en un seul petit-déj, qu'on a beaucoup aimé, mais qui pour un goûter mériteraient peut-être la bonne dose de beurre! Enfin, chacune fait comme elle veut.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Over the past days, I have been doing the rounds of my favourite French food blogs, collecting the recipes that had caught my eye and copying them onto a file of their own. So when I stumbled on Cléa's muffins yesterday, my heart stopped and I immediately copied and pasted her recipe. The photo and the ingredients alone would have been enough (well, bar the almond essence, but that's a detail!). No I HAD TO try them because it came from her friend Maya, whose name my baby carries too.
The problem is that, despite my little diet, I can't button my trousers yet again :-/, but then I saw in the comments that Cléa herself uses 20% fat butter. I usually have 60% margarine in my fridge, but right now I only have good old butter (that was awarded a gloden medal, and was sold in two-packs), but hey! reduced fat butter actually contains little butter and much water, so I substitued half of the amount of butter with milk... and used 200g fructoseinstead of the 150g sugar.
The resulting muffins were really tasty, lemony and soft, we nearly polished them off in a single breakfast. If I made them for an afternoon tea, I'd probably use the full amount of butter though.

Ricotta and lemon muffins
For 6 muffins
200g flour
1cc baking powder
100g butter
1 egg
150g ricotta
150g sugar
1juice and grated zest of a lemon
a few drops of almond essence

Preheat the oven on 200°C.
Mix the flour with the baking powder.
Melt the butter in a large bowl in the microwave, then beat it with the egg, ricotta, sugar, lemon zest and juice, and the almond essence if using. Add the flour. Do not overbeat.
Pour in the prepared muffin cases and bake for 20 minutes in the preheated oven.

Friday, February 17, 2006

Index des gateaux, cookies, viennoiseries et desserts

Il est temps de mettre un peu d'ordre (alphabétique) dans mes recettes pour faciliter la visite et vous rendre addict à mon blog!
Il est étonnant de voir à quel point le C est majoritaire;-)


B
banane au chocolat pour feignasses
brownies végétaliens
brownies X
bûche chocolat caramel
bûche en photo
bûche chocolat orange

C
cake abricots-noisettes pour les nanas canons
cake orange chocolat
carrés choco-noix
carrés aux dattes
carrot cake
cheesecake au chocolat
cheesecake light à l'orange
cheesecake aux myrtilles
Christmas cake
cookies aux flocons d'avoine de Linda McCartney
cookies pas très bons
cookies deluxe
cookies double chocolat de Trish Deseine
cookies fudge cacaotés
cookies de Phoebe
white choc and cranberry cookies de Nigella
cookies tahin, céréales et chocolat
confiture de lait ultra-rapide
crêpes aux noix et au caramel
croquants aux noisettes
custard creams de Nigella

F
fouace aveyronnaise

G
galette des rois
galette des rois au chocolat de Requia
gâteau au chocolat de la St-Valentin (Nigella)
gâteau au chocolat brésilien
gâteau au lait ribot et myrtilles
gâteau unicef vu chez Cléa
glace au chocolat de Ben & Jerry's
glace au chocolat sans oeufs (gelato)
glace au nutella
glace vanille-oreo (Ben & Jerry's)

J
johnnycakes

M
muffins au chocolat surprise
muffins citron-ricotta
muffins aux myrtilles
N
nonnettes cannelle et cadamome

P
pain au lait
patate douce au lait de coco
petit-beurre

S
sorbet au chocolat noir de Pierre Hermé

T
tarte au citron
truffes chocolat caramle de P.Hermé

mis à jour le 22/08/06

Wednesday, February 15, 2006

les 4

Voilà un questionnaire qui circule chez les blogueurs et même si personne n'a pensé à me l'envoyer, snif snif :'(( ouin ouin, comme je suis égocentrique et que vous êtes curieux, j'y réponds quand même!

4 jobs que j'ai eu dans ma vie :
prof d'anglais
prof de FLE
employée de l'état civil dans des mairies de Paris
baby-sitter (ggggrrr)

4 films ou séries que je pourrais regarder encore et encore :
Les Sopranos (probablement LA série que je préfère)
SATC
Lost
Le père noël est uen ordure

Les 4 endroits où j'ai vécu :
Paris, les 24 premières années de ma vie, moins celle que j'ai passée à...
Birmingham ,GB
Aix-la-Chapelle, D
Munich

4 émissions que j'aime regarder :
je regarde très peu la télé en ce moment


4 endroits où j'ai été en vacances :
l'île Maurice
la Réunion (j'y ai mes racines)
le Portugal
l'Irlande

4 aliments ou plats préférés :
le chocolat et ses déclinaisons
les oeufs
les pâtes
le pain

4 endroits où je préfèrerais être, là maintenant tout de suite :
ici, j'aime vivre le moment présent
London
à la plage
dans ma baignoire

4 blogueurs à qui j'envoie ce questionnaire
eh bien, à part moi, tout le monde a dû le recevoir donc, je ne sais point! Si ce n'est pas le cas, faites comme moi, y a pas de raison!!

THE gateau St valentin en blabla (3)

Enfin, vous dites-vous, elle nous donne sa recette!!!



Cela fait une éternité que je veux faire ce gâteau, mais il y a toujours eu un obstacle à sa réalisation, de nouvelles recettes à essayer qui renvoient celle-ci à l'arrière de ma mémoire, des phases de régime ou de "je fais attention", et j'en oublie de petites perles comme ce gâteau "nuage" de Nigella, qui l'a elle-même trouvée chez Richard Sax. Nuage parce qu'elle le sert avec de la crème fouettée en son cratère, mais aussi parce qu'il ne contient pas de farine et a une texture mousseuse, mais certainement pas parce qu'il est léger-light.

Pour la St-Valentin, on peut quand même se faire plaisir, surtout que St-Valentin rime chez nous avec notre "anniversaire" de PACS (6 ans déjà!). Alors oui à ce gâteau-mousse, délicieusement chocolaté et fondant sans être écoeurant, a la légère croûte cachant un coeur fondant, mais tout dépendra de la cuisson!

Pou la petite histoire, j'ai d'abord connu Nigella par son DVD, puis ses livres, je n'ai donc jamais vu ses émissions en entier, car le DVD ne montre que des morceaux choisis. Ceci pour vous dire que je ne suis pas de ceux et celles qui trouvent érotique sa façon de présenter les choses, bien qu'elle soit très belle et en formes. Je fais partie de son forum et grâce à elle, non seulement j'ai augmenté ma collection de cookbooks, j'ai aussi trouvé des amis et je fais encore plsu de petits plats, donc, merci Nigella!

Préchauffer le four à 180°C.
Faire fondre 250g de très bon chocolat (j'ai pris du 72% dégustation de la marque du SM, pas mauvais du tout), une fois fondu, lui ajouter 125g de beurre ramolli ou coupé très petit et l'y laisser fondre.
Séparer quatre jaunes de leurs blancs, et mélanger ces jaunes avec deux oeufs entiers et 75g de sucre en poudre (du blond pour moi). Y ajouter ensuite le chocolat et le beurre fondus.
Battre les blancs en neige avec une pincée de sel. lorsqu'ils moussent, leur ajouter petit à petit 100g de sucre en poudre et laisser le robot battre jusqu'à obtention d'une mousse blanche qui se tient sans être rigide.
Ajouter les blancs délicatement au reste de la préparation. Verser dans un moule à charnière dont le fond sera tapissé de papier cuisson et laisser cuire 25-40 minutes selon le four. Nigella nous dit que le centre ne doit plus faire de vagues, à vous de voir! Le mien était plutôt ferme et le coeur en est tout de même resté fondant!
En refroidissant, le centre va s'affaisser. Nigella le garnit de crème fouettée. Moi, je savais que j'aurais des restes, donc je l'ai servi à ma sauce. j'ai remarqué qu'il était encore meilleur après avoir passé la nuit au frigo!


J'ai fait un coulis de framboises (décongeler les framboises, les mixer, passer à la passoire, mélanger avec un peu de jus de citron, de l'eau et du sucre) et du yaourt grec vanillé avec les graines d'un morceau de gousse de vanille fendue, et une cc d'extrait de vanille liquide. Miam miam MIAM!

blabla (2) St Valentin

Pour ce qui est du plat principal, encore une recette très très facile, qui fait toujours son petit effet car les noix de St-Jacques sont une délicatesse qui reste assez coûteuse. Après une grosse déception en ayant acheté celles-ci fraîches au rayon poissonnerie du SM, je me rabats désormais sur leurs cousines du rayon surgelé, qui ont l'avantage d'être plus fraîches aue les fraîches, si vous voyez ce que je veux dire. Il faut alors acheter la variété la plus grosse, car il y en a de plusieurs tailles, riquiqui, moyennes ou larges, avec de gros ronds de chair tendre que je recommande;-)

Bon, donc on met les spaghetti à cuire, voire du riz. On éponge les noix DECONGELEES, et on met une noix de beurre dans la poêle. On les poële deux minutes de chaque côté à feu moyen, puis on verse une lichette de Marsala, on laisse réduire un court instant avant de verser de la crème légère (enfin, chacun selon ses goûts), sale, poivre, on bouge un peu les noix dans la poêle pour les enrober de sauce et que la crème se colore uniformément. On sert le tout dans une belle assiette et on décore (ici, de la coriandre, qui se marie finalement très bien, on pourrait même en rajouter davantage, ciselée).


le temps du blabla (1) St Valentin

Voici venu le moment où je vous dévoile quelques bricoles sur mon menu d'hier.



Pour le cocktail, je ne veux insulter l'intelligence de personne en donnant la recette du désormais ultra-célèbre mojito, le cocktail très apprécié d'Ernest Hemingway, raconte-t-on à Cuba, mais on ne sait jamais...l'idée m'est venu d'en faire ainsi...je pensais d'abord acheter du champagne mais en fait, au moment où je me suis rappelée qu'il fallait en acheter, je me suis dit que j'avais encore de la menthe et des citrons verts dans mon frigo, la première, reste de notre expédition au marché samedi matin pour acheter des carottes bio pour le premier repas solide de Bébé, les seconds, m'avaient fait envie la semaine dernière, tout ronds et brillants qu'ils étaient dans leur petit panier à l'atac... (bon, la brillance, je sais, c'est une fine pelicule de cire destinée à tromper l'oeil du client potentiel). Quelle idée brillante (je me flatte), j'allais nous faire des mojitos...
Euh, oui, donc, là je nous ai fait une version un peu light...car pour bien faire, il faut un citron vert par personne, une à deux cs de sucre brun, trois brins de menthe et de la glace pilée (au marteau, au blender ou à l'aide d'un appareil spécial). On d"coupe le citron en petits morceaux, on effeuille deux brins de menthe, on saupoudre de sucre, et on écrase avec un petit bâton spécial cocktail (pour caïpirinha) ou le manche d'une cuillère en bois, ensuite on ajoute une bonne mesure de glace pilée, on verse le rhum (selon sa soif) et on rallonge avec un peu d'eau gazeuse. On décore avec un brin de menthe intact et on boit à la paille.

Les grignotis ne sont autres qu'un peu de houmous maison, des, olives, des chips anglaises et de la pâte de poivrons et pignons (achetée au Luxembourg), le tout servi avec des crackers de table.

St-Valentin en photos

Un petit cocktail et des grignotages pour se mettre en bouche



Un plat simple mais délicieux pour continuer



Un délice, histoire de ne pas aller au lit sans sucre





le blabla est à suivre...

PS, j'ai un problème d'affichage sur blog actu
voici les liens

l'entrée

le plat principal

le gâteau

Sunday, February 12, 2006

Custard creams en forme de coeurs de Nigella


Custard creams? mais si vous connaissez certainement, ces petits biscuits fourrés à la crème arôme vanille qui viennent tout droit d'Angleterre et qui sont parfaits avec une tasse de thé? A l'époque des Marks&Spencer, on pouvait en acheter des paquets géants pour trois fois rien. Et voilà que Nigella nous propose la recette des custard creams faits maison dans son dernier livre Feast, dans le chapitre sur la St-Valentin, et bien sûr, comme il se doit pour l'occasion, elle nous les présente en forme de coeurs.
Ils sont bien meilleurs que les "vrais" (et c'est bizarre de dire que les vrais sortent d'une usine, non?), mais il faut pour cette recette un produit peut-être pas évident à trouver de ce côté-ci de la Manche, la custard powder, poudre servant à faire de la crème anglaise. Mais chaque problème a sa solution, quand j'habitais en Allemagne, pour une recette de Trish Deseine (de Best of Chocolat, le mini de Je veux du chocolat...) qui en nécessitait, j'avais pris un sachet de sauce vanille, et tous ces produits se valent, un peu d'amidon, de l'arôme vanille, et le tour est joué! Donc, l'équivalent français doit parfaitement s'y substituer!

Les miens ne sont pas aussi beaux que les siens, ni ceux des autres membres du forum, je pense que j'ai mis trop de levure! Donc, méfiance! cependant, ils n'en sont pas pour autant moins bons!

Pâte à biscuits

175g farine
3 cs de poudre à sauce vanillée
1cc de levure (j'en mettrai moins la prochaine fois)
50g beurre
50g de margarine
3cs sucre poudre
1 oeuf battu avec 1 cs lait

Dans un robot, mixer la farine, la poudre vanillée et la levure, puis le beurre froid en petits cubes et la margarine. Ajouter ensuite le sucre, puis peu à peu l'oeuf battu, jusqu'à ce que la pâte forme une boule, cela peut nécessiter plus ou moins d'oeuf, si besoin, ajouter du lait. former une galette, couvrir de film plastique et réfrigérer vingt minutes.
Préchauffer le four sur 180°C.
Etaler ensuite la pâte sur 4-5 mm et découper des coeurs. Nigella fait des petits trous au bord des coeurs, c'est plus joli mais plus long, à vous de voir! Les faire cuire sur un papier sulfurisé pendant un quart d'heure. Laisser refroidir puis préparer la crème.

Crème
1 cs de poudre vanillée
100g sucre glace
50g de beurre mou
1cs d'eau chaude

Combiner le sucre et la poudre, tamiser, puis mélanger en pommade avec le beurre. Ajouter l'eau pour bien lier. Tartiner les bsicuits sur leur face plate d'une cc de crème et sandwicher avec un autre biscuit non tartiné. On obtient une quinzaine de biscuits doubles environ. Miam!
Ils se congèlent bien.

Thursday, February 09, 2006

La fouace, c'est aveyronnais!


J'ai vu quelques fouaces sur les blogs ces temps-ci, dont celle du pétrin, que Sandra a faite en suivant la recette de Patisseries maison, et ça m'a donné envie. Car je suis à moitié aveyronnaise, ça me fait bizarre de le dire comme ça, en fait, mon Papa est Aveyronnais, n'a jamais perdu son accent chantant même en ayant vécu plus de trente ans à Paris et a réussi à entraîner Maman avec lui au fin fond du département pour leur retraite, avec vue sur le fleuve éponyme!
C'est dire si la fouace, je connais! Chaque village, chaque boulanger a sa version. Il y a celle de Najac, celle de Laguiole, de Pons, etc. Nature, en général parfumée à l'eau de fleur d'oranger, parfois truffée parcimonieusement de fruits confits, et garnie de sucre perlé. Par endroit, elle fait l'objet d'un culte, comme à Najac, où on la promène, géante, dans les rues du village sur des chars avant de la déguster avec le maire lors de la fête annuelle du village.
Mais je n'en avais jamais fait avant, j'ai même réussi à perdre la recette de ma belle-soeur, qui la tenait d'une dame ayant un gîte à Laguiole, et qui était, m'a-t-on dit, fameuse. Alors, pour ne pas faire comme tout le monde, j'ai laissé Pâtisseries maison de côté, et cherché dans mes cookbooks "terroirs". Je suis tombé sur celle de Mme C., tenant une ferme-auberge à Boulouis (dans le livre Recettes paysannes en Aveyron, aux editions du Curieux(!)), qui a moins de sucre et de beurre, et plus de farine, donc ressemble davantage à celle à laquelle je suis habituée. J'ai dû modifer deux-trois trucs, à savoir, un de mes oeufs s'est suicidé sur le carrelage de la cuisine, j'ai donc dû lui trouver un substitut (oui, c'est moche d'être un oeuf, car on n'est pas irremplaçable), et puis, il fallait un peu de liquide en plus, et surtout, Mme C. a omis de lister l'eau de fleur d'oranger dans la recette, ce qui rabaisse la fouace à un vulgaire pain brioché, me semble-t-il...

Ce n'est pas une recette pour les impatients car la pâte lève toute une nuit, mais elle vaut vraiment le détour car en y goûtant, je me suis dit, non sans une pointe d'auto-satisfaction, que c'était la meilleur que j'ai jamais mangée...

625 g de farine
125 g de sucre
1 petite cc de sel
1 sachet de levure de boulangerie sèche mais traditionnelle
2 oeufs et l'équivalent du volume d'un oeuf en crème allégée (2-3 cs) ou 3 oeufs
60 g beurre
1cs d'eau de fleur d'oranger ou son arôme

Préparer la levure avec deux cs d'eau tiède, une cs de sucre pendant une quinzaine de minutes, puis y ajouter 2 cs de la farine et bien mélanger pour former un levain.
Mixer le reste de la farine, le sucre, le sel et les oeufs. Ajouter la fleur d'oranger, puis au goutte à goutte du lait jusqu'à ce que la pâte prenne forme. Verser ensuite le levain et pétrir cinq minutes. Verser ensuite le beurre fondu et pétrir 10-15 minutes (bien sûr, c'est moins pénible au robot). La pâte reste collante, mais doit être bien souple. Couvrir et laisser lever toute la nuit dans le four éteint.
Le lendemain, sortir la pête de son récipient, expulser l'air et façonner en couronne. (Pour que la couronne en reste une, il faut mettre quelque chose au milieu -verre ou autre- sinon, comme pour moi, ça devient une seule masse!). Couvrir et laisser lever encore une heure à température ambiante. Préchauffer le four sur 180°C. Dorer à l'oeuf battu ou au lait, et enfourner pour une vingtaine de minutes. Laisser refroidir. Déguster.

Wednesday, February 08, 2006

Boeuf mijoté à l'indonésienne


Pour Noël, mon frère et ma belle-soeur m'ont offert un abo à Cuisine Actuelle et ses hors-séries. Merci les gars! :-* Donc, tous les mois maintenant, je ne sais plus où donenr de la tête pour cuisiner. Le dernier (en fait le premier) hors-série "100 bons plats qui réchauffent" propose autrement dit du "manger qu'on est bien dedans" comme dirait notre ami Dorian, ou de la comfort food comme disent les Anglais.
On y trouve plusieurs rubriques : soupes, grogs (hip!), potées, gratins, classiques, etc, etc. Plusieurs recettes ont instantanément capté mon attention, dont ce boeuf épicé qui réveille le bourguignon de grand-mère. Il y a un petit truc qui me plaît beaucoup dans ce magazine, c'est qu'on ne se sent pas complètement péquenot si un ingrédient manque. En effet, je ne sais pas où trouver de la citronnelle au centre-ville, et l'idée d'aller prendre ma voiture pour aller au grand frais ne m'enchante pas tous les jours, mais le cuisine ac' dit entre parenthèse que c'est facultatif. Eh oui, tout le monde n'habite pas une ville multiculturelle, hélas! Me voilà rassurée...Et en plus, mais ça je l'ai lu trop tard, il me propose une alternative à la citronnelle, du zeste râpé de citron vert, et ça il y en a toujours au SM du coin. Bon, mais ai-je ce qu'il faut comme équipement pour mixer en pâte des cacahuètes? Non, pas encore de blender par ici. Mais du beurre de cahuètes, oui, il m'en reste, oh pas beaucoup, mais ça ira, le cuisine ac' me décomplexe et je me lance...


Un bon plat à l'accent asiatique, avec une sauce épicée et crémeuse, la viande est tendre, et hélas, car il n'en restait qu'un peu, c'est encore meilleur le lendemain. Et puis, c'est un plat qu'on peut oublier le temps d'une balade, revenir transi de froid et se jeter dessus.

Pour 4 (ah ah, on l'a mangé à deux!)

600g de bourguignon (j'ai pris un bonne tranche de paleron, c'est meilleur que les morceaux tout coupés)
5 échalotes
3 gousses d'ail
1 tige de citronnelle
1 cs de gingembre râpé
3 petits piments forts (je prends des secs)
1cs huile
15cl lait de coco
5cs de cacahuètes salées
2cs sauce soja

Effiler la citronnelle. Mixer les cacahuètes en pâte fine ou ouvrir le pot de peanut butter. Mixer ou hacher fin l'ail et les échalotes. Epépiner les piments et les hacher, ou si vous utilisez des piments secs, laissez-les entier, pour les retirer après.
Verser la sauce soja sur la viande et la faire revenir dans l'huile chaude. Ajouter ensuite les aromates sauf le lait de coco.
Couvrir d'eau et porter à ébullition. Ecumer, couvrir et laisser mijoter une heure à feu doux.
Au bout de ce temps, verser le lait de coco, couvrir et laisser encore 40 minutes, jusqu'à ce que la viande soit bien tendre.
Servir avec du basmati.

Tuesday, February 07, 2006

Deux recettes simples de Nigella / Two very simple Nigella recipes

Le forum le plus sympa de tout le web c'est probablement celui de Nigella.com. J'y ai rencontré des personnes formidables, on y échange des trucs de gourmands, on se raconte nos vies, on se soutient à distance...et on cuisine ensemble. Enfin, si on veut, car c'est pas toujours facile par écran interposé. Un peu comme pour le Kikiveutkivientkuisiner, on a le cookalong, sauf qu'on ne joue pas, on partage juste nos avis sur les recettes et on échange les photos.

Cette année, on se mange Feast, le dernier opus de Nigella Lawson. Et ce mois-ci, on cuisine les recettes du chapitre sur la St-Valentin et de celui sur les "midnight feast", les encas vite faits en fin de soirée. Sauf que quand on a un bébé, les soirées ça n'existe quasiment plus, alors j'ai fait ces recettes quand j'ai eu faim tout simplement.

Celles d'aujourd'hui étaient parfaites pour le week-end, quand on se rend compte vers 15h qu'on n'a toujours pas déjeûné.

Back-from-the-bar snack (l'encas quand on revient du bar! Nigella nous avoue même se torcher au vin bon marché)


En fait, je l'ai fait trop cuire. La photo du livre montre une sauce jaune coulante (jaune because le cheddar, coulante because oeufs pas cuits) mais mes oeufs n'étaient plus trop frais, et ça ne rigole pas les oeufs pas trop frais et pas cuits.
Il s'agit de pommes de terre, de petits pois, lardons fromage et oeufs.

Mushrooms on Toast (toast aux champignons)



ou plutôt sur baguette...qui remplace le toast agréablement je trouve. Une recette archi-simple et bien réconfortante. Des champignons revenus à la poêle, un peu de Marsala (facultatif), de la crème, sel, poivre et muscade. Le tout servi sur des tartines.

********************************************************************************************

The friendliest forum on the world wide web is probably that on Nigella.com. I have met great people there, we exchange our foodie tips, tell each other our lives, support those in need ...and we cook together. Well, so to speak since it isn't always easy when you're sometimes a thousand miles apart. A bit like the French blogger's game KiKiveutkivientkuisiner (whoever wants to come and cook) we have the cookalong, except it is no game, we just share our pictures of, and our opinions on recipes.
This year, we eat our way through Feast, Nigella Lawson's latest book, and this month, we cook the recipes from the Valentine's Day and Midnight Feasts chapter. Except that when you have a baby, there are no midnight feasts, so I cooked those recipes just when I got hungry. They were perfect at the weekend, when you start noticing that you haven't had lunch at three o'clock in the afternoon.

Back-from-the-Bar snack (where Nigella reports that she drinks cheap wine!)

Mine was much drier as I used eggs that had seen better days and they can be risky when you undercook them! And not as yellow as in the book, as there was no cheddar on hand.
It's just potatoes, peas, lardons, eggs and cheese.

Mushrooms on Toast speak for themselves, except (again) that they were more mushrooms on baguette, but all for the best, and a very comforting mix of Marsala (optional), cream, salt, pepper and nutmeg.

Saturday, February 04, 2006

KiKiVeutKiVientKuisiner: enfin, j'y suis arrivée à les faire ces bretzels!!!




Rappelez-vous, j'ai déjà fait une tentative qui s'était soldée par un échec recyclé en pain de mie! Et je croyais rester bloquée là-dessus car j'avais des projets de voyage outre-Rhin pour ce week-end. Mais, à cause (ou grâce?) à la météo, je n'ai pu emmener ma petite famille en Westphalie et du coup, j'ai pu retenter ma chance au jeu entre blogueurs (pas seulement d'ailleurs), le fameux KKVKVK (où tout est expliqué).
C'est la première fois que j'y participe, car il s'agit de pâtisser, et les fois d'avant soit je n'avais pas l'occasion, soit j'étais au régime.

Je ne vais pas redonner la recette, qui se trouve ici, mais je vais vous dire deux-trois trucs qui peuvent faciliter le tout.
Moi, je trouve plus simple de doser ainsi, car ma balance n'est pas précise :
1 cs de sucre
1 sachet de levure de boulanger express
1 cc sel fin

J'ai tout fait au robot, la pâte était très facile à travailler cette fois (il faut dire que je ne l'ai pas oubliée!). Pour les former, j'ai laissé le boudin un peu plus épais au milieu comme ça il gonfle bien, comme en Bavière, et les bouts plus fins, c'est plus joli je trouve. Je conseille de dorer à l'oeuf avant de garnir de sel ou autre car ça colle mieux.
Alors, pour l'anecdote, je ne vais pas me répéter dans le trip nostalgie comme la dernière fois, mais je vais simplement vous dire qu'en Bavière, et pas ailleurs en Allemagne, une chaîne de boulangerie (ce qui est assez répandu, il est même assez rare de trouver un boulanger artisan là-bas) nommée Müller (assez courant comme nom, genre Dupont ici, sauf que Müller veut dire meunier) vend des paquets de bretzels surgelés par dix. On les sort du paquet encore tout durs, on les dépose sur la plaque du four, on déchire le petit sachet de sel vendu avec et on saupoudre allègrement avant d'enfourner, quinze minutes plus tard, tada! ils sont tout gonflés et dorés (enfin, si le four ne vous joue pas de tours!), comme au point chaud du coin.
Ah, et le Papa du Bébé a trouvé que c'étaient les meilleurs bretzels qu'il ait jamais mangé, il a même employé le terme "divin" ("göttlich" en allemand dans le texte!).

Voici les petits pâtons en train de se détendre...


...puis les bretzels attendent sagement le moment de se jeter à l'eau...


...ensuite le pochage dans l'eau additionnée de bicarbonate de soude...


...les revoilà tout chauds et dorés...


...et dans un joli panier norvégien...

Friday, February 03, 2006

Une pure merveille tirée du dernier delicious

If you want to read me in English, please leave a comment and I'll oblige asap! I'm quite busy at the moment so please be patient;-)

Bon, voilà, c'est chose faite, je m'excuse auprès de mes lecteurs anglophones car je manque de temps ces jours-ci pour tout traduire en anglais. Ca me rappelle un billet de Doriann, sauf que je n'ai pas de rapport à rendre, moi, pas avant un bon bout de temps encore!
C'est assez navrant car entre l'arrivée toute récente du numéro de février, puis de celui de janvier (!) de Cuisine Ac (merci Läetitia et Cricri :-*), de son hors-série comportant tout un bataillon de plats chauds hivernaux histoire de faire péter la cocotte en fonte, et, simultanément dans la BAL, du dernier delicious, je ne sais où donner de la tête, moi!

Il fallait par contre absolument que je partage la recette du petit délice réalisé grâce au dernier numéro du bien nommé delicious justement. C'est la première qui a attrapé mon oeil comme disent les Anglais, et ça tombait bien, car je voulais faire des gâteaux pour la famille d'outre-Rhin. Oui, car c'est le genre de sucrerie qu'il FAUT partager sinon on en reprend pour deux mois de diète. Mais où vont-ils chercher des idées pareilles? Faire caraméliser sur un biscuit type shortbread chocolaté un mélange de noix grillées, qui, je vous le demande, qui voit la photo et ne se dit pas immédiatement qu'il les lui faut, là, de suite!

Carrés aux noix caramélisées

Pour le fond :
225g de farine
80g de vergeoise blonde
100g beurre fondu
50g de beurre fondu

Préchauffer le four à 180°C.
Mélanger les ingrédients et bien tasser la poudre obtenue dans un moule rectangulaire d'environ 27 sur 18 cm.
Faire cuire 20 min au four.

Pour le dessus:
120g de vergeoise brune
70g beurre
40g de golden syrup : mélasse raffinée
1cs crème liquide semi-épaisse
300g de noix mélangées, que l'on a fait préalablement griller à la poêle non huilée.

Faire fondre le beurre, le sucre et le sirop à feu moyen. Remuer souvent mais ne pas laisser bouillir. Ajouter la crème, puis les noix légèrement concassées. Etaler ce caramel uniformément sur le biscuit puis enfourner pour dix minutes. Laisser refroidir puis couper en carrés. Miam!

Et là, je m'aperçois que tout le monde ne trouve pas forcément facilement deux types de vergeoise ni de mélasse raffinée (en cherchant bien, au rayon international du SM). Dans ce cas, je conseille d'utiliser de la vergeoise brune uniquement, et sinon du sucre blond. Pour remplacer la mélasse raffinée, du miel liquide fera l'affaire, le goût change un peu, c'est tout!

Thursday, February 02, 2006

KiKiVeut Koi Déjà?

Moi qui rêvais d'enfin participer au Kiki et de fabriquer mes propres bretzels...
Je me voyais déjà produisant une superbe photo de bretzels, beau comme là-bas, en Bavière, la patrie du petit pain noué...craquants et moelleux comme ceux des Biergarten munichois, tellement couverts de sel qu'il faut gratter les grains avec l'ongle pour ne pas se brûler la langue...
Car j'ai d'abord connu les petits bretzels vendus dans des sortes de "points chauds" allemands dans les zones piétonnes, tendres et dorés, tombés tout chauds du four vers la devanture par un astucieux système, puis j'ai découvert les bretzels monstrueux de Bavière, au moins cinq fois plus gros, à la croûte craquante, au coeur moelleux, qu'on tartine de beurre, d'obatzda (je vous donnerai la recette) et qu'on accompagne de radis blanc tranchés hyper fin (il existe un appareil spécial pour ça, je vous jure!).

Oui, mais voilà, j'ai fait la pâte, oublié la pâte dans le four étaint la lumière allumée comme disait Sandra, puis ai changé la couche de Bébé, suis sortie faire les courses, ai fait mangé la Demoiselle, etc. etc. me disant que la pâte attendrait bien un peu plus...mais l'espèce d'éponge collante que j'ai sortie du four restait revêche aux ajouts de farine (artisanale, terroir Vosges, exprès en offre au SM -supermarché) du coin. La pâte me glissant en filant entre les mains pourtant farinées et refarinées.


Alors, ne sachant plus que faire, pestant contre moi-même (car je dois bien être la seule à les avoir ratés) et ne voyant d'autre issue possible, les bretzels se sont transformés en pain de mie informe mais néanmoins très mangeable, un peu lourd mais délicieux grillé et tartiné.


Voici la photo, telle qu'elle aurait dû montrer les petits noeuds dorés, agrémentée de quelques souvenirs de Munich, où j'ai quand même résidé trois ans (notez le bon goût des accessoires envahissant ma modeste cuisine!). Dans les bols, du houmous et de l'obatzda.


Mais je ne dis pas mon dernier mot, Kiki, je te gagnerai un jour!!