Tuesday, March 28, 2006

Risotto aux fèves et aux lardons

Un bon petit risotto trouvé dans le dernier Cuisine Ac', agrémenté de fèves (épluchées, surgelées, pourquoi se compliquer la vie?) et de petits lardons "allégés" (hum, hum), servi avec des copeaux de parmesan.




Pour les cartons, je progresse, dans peu de temps j'aurai fini la cuisine, mais on doit se contenter de partager une cuillère à soupe et deux couteaux, car, euh, oui, j'ai emballé TOUS les autres couverts. Ce soir donc, on mange avec les doigts!

Monday, March 27, 2006

Dernières photo avant le déménagement : le cheesecake ricotta-myrtilles inspiré de Pascale

Avant que vous ne remarquiez mon absence prolongée dûe à un déménagement heureusement intra-urbain (Metz-Metz), je vais vous livrer quelques photos prises récemment, mais le temps me manque pour les commenter et rédiger les recettes.
Je ne sais pas trop quand ma connection adsl sera mise en marche, cela me fera des vacances de mon blog et me permettra de prendre la mesure de mon addiction à l'internet.

Il y en aura encore quelques unes, mais aujourd'hui, voici le cheesecake ricotta-myrtilles, une recette adaptée du livre de Scally, une fusion de ses cheesecakes 1) à la ricotta et 2) aux myrtilles.

Voici d'abord les graham crackers, ceux que l'on utilise outre-Atlantique pour la base des cheesecakes (ceux-ci m'ont été gentiment envoyés par Jesse & Melissa et sont parfumés à la cannelle).

Les mêmes sous flash, notez la ressemblance avec de vulgaires craque-pains au seigle

Ensuite, non ce n'est pas une tarte aux myrtilles, mais le cheesecake mi-assemblage.


Point de photo de lui entier...je l'ai emmené chez des amis pour le goûter...mais j'ai sauvé une petite part, hé hé;)


Est-il besoin de le préciser? Il était très bon!

Wednesday, March 22, 2006

St Patrick bis : Beef and Guinness stew



Le ragoût de boeuf à la guinness est le deuxième plat national irlandais, après l'Irish stew, peut-être plus dublinois que l'autre car cette fameuse bière noire, la stout, est brassée au coeur même de la capitale. Vendue dans le monde entier, elle a acquis une grande réputation grâce en partie aux campagnes de publicité vintage qui ornent de multiples souvenirs d'Irlande.
Sa robe sombre et son goût de caramel en font un breuvage reconstituant, conseillé (dans des temps anciens, heureusement!) même aux femmes enceintes.

J'ai pu constater avec surprise que lorsque mon ragoût mijotait, Céline du Palais des Délices venait de publier le sien sur son blog! Peu importe, nos recettes diffèrent un peu, donc je vous livre la mienne.

Beef and Guinness stew

1 kg environ de viande à braiser (je me méfie désormais de la viande dite "à bourguignon" et achète du paleron ou du gîte, vraiment meilleur)
2 oignons
2 carottes
2 feuilles de laurier
1 canette de stout
farine
quelques champignons de Paris frais

Faire revenir la viande coupée en cubes dans une cs d'huile neutre. Quand elle est dorée et rend du jus, verser deux cs de farine en pluie et remuer pour enrober tous les morceaux. Jeter les oignons hachés dans la cocottes et remuer. laisser quelques minutes puis ajouter les carottes détaillées en rondelles. Mouiller avec la bière, puis ajouter les champignons en quartiers. Saler, poivrer, mettre le laurier et rajouter de l'eau à hauteur (mais pas davantage, les sommets doivent être visibles). Amener à ébullition puis baisser le feu et laisser mijoter à couvert pendnat deux bonnes heures, la viande doit être cuite et tendre. Remuer et si besoin, faire épaissir la sauce en augmentant le feu et en découvrant un peu. Servir avec des pommes et des carottes vapeur et un verre de Guinness. It's good for you;)

Pain express pour les phobiques de la levure de boulanger

Ben non, j'en fait pas partie, j'aime bien tripatouiller de la pâte levée et sentir les arômes de pain et de levure emplir la cuisine et le reste de l'appartement. Mais des fois, il faut que ça aille vite. Et puis ça m'intriguait cette recette de pain à la bière à la levure chimique.

Une recette de Jill Dupleix, auteure de cookbooks australienne qui a tous les mois un encart dans delicious avec des recettes à thème. Ce mois-ci, elle parle de recettes de pub et nous livre entre autres cette recette ultra-rapide et facile qui ne m'a pas déçue.

La bière (j'ai utilisé de la Pils, bière blonde) donne un goût étrange au pain, mais elle conseille de le tartiner de beurre et c'est nécessaire je trouve, pour en apprécier le goût. Il nous a fait le repas d'hier soir, accompagnant une soupe aux châtaignes et lentilles corail (inspirée de Nigella) et un peu de charcuterie et fromage. Un repas plutôt allemand dans cette maisonnée franco-allemande. Ce matin, il était immangeable tel quel, trop pâteux, mais grillé, il était parfait avec de la confiture.

Je suppose qu'on peut remplacer la bière par un autre liquide (de l'eau ou du lait, voire du bouillon pour une utilisation salée).

400g de farine avec levure incorporée (j'ai mis un sachet dont il restait environ les deux-tiers)
1 cc sel
2 cs sucre
300ml de bière

Préchauffer le four à 180°C (160° à chaleur tournante).
Combiner la farine, le sel et le sucre dans un saladier. Verser la bière peu à peu et touiller avec une cuillère en bois. La pâte doit être visqueuse, mmmhhh,

pas très appétissant ce terme (traduction du Robert & Collins pour "gloopy"), donc ajuster la quantité de bière. Verser dans un moule huilé ou des mini-moules à cakes. Cuire trois quarts d'heure un gros pain, ou moins longtemps pour des petits.


en coupe, ça donne

mais encore

ah, pardon, il est de travers, je ne suis pas encore très douée avec les photos! Mais au moins, maintenant vous savez, et j'espère que même les plus jusqu'auboutistes du levain ne mépriseront pas ce petit pain tout simple;)

Saturday, March 18, 2006

Mon petit-déj


*smoothie poire-banane-myrtilles : j'adore la couleur!
*confiture de châtaignes faite avec amour par mes parents (a labour of love comme disent les Anglais, car il faut aller les ramasser, les éplucher, les faire bouillir, les peler, les faire cuire, etc. et j'adore ça, bien supérieure aux confitures du commerce qui sont déjà pas mal, c'est dire!)
*scones maison dont la recette suit...




J'aime bien cette recette trouvée dans un vieux Femme Ac' je crois, ou alors dans un petit bouquin traduit de l'anglais (j'ai un doute, à cause du bicarbonate de soude).

250g de farine
1/2 cc sel
1cc de bicarbonate de soude
1cc de levure chimique
2 cc sucre
60g de beurre mou
175ml lait

Former une pâte avec tous les ingrédients; Elle colle un peu (aujourd'hui elle collait tellement que j'ai rajouté de la farine) mais doit pouvoir être étalée. Découper des ronds plus ou moins gros selon l'envie et faire cuire à four préchauffé à 200°C pendant une douzaine de minutes. J'ai utilisé de la margarine à 60% et je crois qu'elle donne cette couleur jaune aux scones.

Remarques : on peut remplacer le bicarbonate de soude par une autre cuillère de levure, ajouter des raisins secs et éventuellement dore à l'oeuf.

Friday, March 17, 2006

C'est la Saint-Patrick! Happy Saint Patrick's Day!

L'Irlande bénéficie un peu partout d'un fort potentiel de sympathie : un pays qu'on croit encore très rural (ce qui est faux), vert et où les habitants ont une réputation conviviale et hospitalière (ce qui est vrai). J'y ai séjourné quatre fois, l'une de mes amies y habite et a épousé un fermier Irlandais. On y passe des vacances très agréables.
J'ai deux livres de cuisine irlandaise, certaines recettes ressemblent à leurs cousines britanniques, d'autres sont plus particulières.
Je vous propose de jeter un oeil vers le pain local ici et une petite photo du ragoût national, l'Irish stew, composé d'agneau, de pommes de terre, carottes et panais. Je ne sais plus trop quelle recette j'ai utilisé, un mélange de celle d'un bouquin de Nigella (How to Eat) et d'une recette de delicious. Pas difficile à trouver sur internet non plus.



Bonne St-Patrick à tous!

Thursday, March 16, 2006

Muffins aux myrtilles de Pascale



J'ai déjà dit que j'aimais bien son petit livre Cookies, muffins & co et moi aussi je voulais tester une recette. Mais les myrtilles, ou bleuets comme on dit ici (saviez-vous que c'est une spécialité des Vosges, tout comme la mirabelle de Lorraine? intéressant?) tout comme on dit au Québec (également intéressant comme les appellations fluctuent et migrent, non?), ne sont pas très longtemps en saison et non plus disponibles partout surgelés. mais l'autre jour je me trouvais chez P....d, et j'en ai pris un sachet, à un prix assez exorbitant, cela dit, en saison ils ne sont pas vraiment moins chers, les bleuets régionaux! C'était oublier le déménagement imminent et la nécessité de vider le congélateur heureusement petit!

Enfin bref, c'était l'excuse idéale pour les faire, les fameux blueberry muffins américains, car les myrtilles sont bien plus répandues là-bas semblerait-il...

Pour avoir bonne conscience, j'ai divisé les ingrédients par deux et obtenu cinq jolis muffins, à vous de juger;-)

Saturday, March 11, 2006

Votez pour mes muffins au chocolat surprise!!! Vote for my surprise chocolate muffins!!!


IN ENGLISH SOON!
Vue ma collection de livres de cuisine, il est rare que j'invente une recette, mais cela arrive et pour le prouver, voici mes fameux muffins au chocolat, mais fourrés avec un peu de fromage frais (c'est ça la surprise, voyez vous).

Tout a commencé il y a quelque temps, je cherchais à faire de bons muffins au chocolat, et après avoir bidouillé un peu, j'ai créé (à m'entendre, on dirait, mhh, Picasso?) cette recette de "délicieux muffins double chocolat noix". Le titre est panégyrique, je sais, dans l'ensemble, je suis assez modeste, mais des fois j'ai les chevilles qui enflent:P Enfin, bref, je les ai mis en ligne sur marmiton, et puis j'ai un peu oublié leur existence. J'ai encore deux ou trois recettes, et j'en peut-être oubliées, un jour sûrement, il mettront l'auteur comme critère de recherche et je les retrouverai!

Suite à un commentaire de Cléa sur ma soupe miso, en rapport avec le pâté au miso de sa Maman, je me suis dit que j'allais essayer de retrouver mes recettes, la première me venant à l'esprit étant ces muffins soit-disant délicieux. Quelle ne fût pas ma surprise lorsque je me suis aperçue que la recette vivait sa petite vie et avait déjà récolté une vingtaine de commentaires assez élogieux! Et même Prawn, semble-t-il, les a essayé et approuvé! Le monde des gourmands est décidément petit.

Revenons-en à la recette d'aujourd'hui, une variation de la première, avec des modifications adaptées des commentaires des marmitonautes, comme quoi, l'intérêt de marmiton, c'est que ça marche dans les deux sens. En ce moment, il y a un concours de la marque carré frais, et je voulais absolument y participer. Pourquoi? pas vraiment pour gagner, mais plutôt parce que chaque participant recevra un petit bouquin (héhé). Donc, je me suis dit qu'une variation sur ma recette serait au moins une participation personnelle (copyright julie). Mais dans la précipitation, je n'avais pas testé la recette...donc voici la recette testée, approuvée et photographiée, et si elle vous plaît, faites-le savoir et votez (ici);-)



Ingrédients (pour 9-10 muffins) :

- 300 g de farine

- 2 1/2 cuillères à café de levure

- 3 cuillères à café de cacao non sucré

- 150 g de sucre

- 100 g de beurre

- 100 g de chocolat noir

- 1 yaourt brassé

- 2 cuillères à soupe de lait

- 2 oeufs

- 100 g de pépites de chocolat ou de chocolat grossièrement haché

- 5 petits carrés frais

Préparation :

Préchauffer le four à 180°C (thermostat 6).

Beurre des empreintes à muffins ou y déposer des caissettes en papier.

Faire fondre le beurre avec le chocolat et laisser refroidir quelques minutes. Mélanger la farine, la levure, le cacao et le sucre dans un saladier. Mettre le mélange beurre-chocolat dans un grand bol, puis y ajouter le yaourt, le lait et les oeufs et battre pour combiner. Verser d'un coup ce mélange sur les ingrédients secs.

Battre rapidement, mais ne pas trop remuer, le mélange doit rester grumeleux. Incorporer rapidement les pépites.

Verser dans les moules à muffins à mi-hauteur. Déposer un demi carré frais dans chaque moule et remettre un peu de pâte. On obtient environ 9 gros muffins.

Faire cuire environ 20 min sans laisser brunir. Laisser tiédir et déguster.



Pour nous, je n'ai utilisé que la moitié des quantités et j'ai eu cinq beaux muffins. La pâte paraissait très épaisse et collante, mais le résultat est moelleux et bien chocolaté. Le petit cube de carré frais (oserai-je dire que j'ai pris ce que j'avais sous la main, càd du fromage à tartiner!) offre un petit contraste salé bin agréable et les pépites fondent dans la bouche....alors, ça vous tente?

Friday, March 10, 2006

Penne puttanesca



Un grand classique de la cuisine italienne dont j'ai plusieurs variantes dans mes archives. Une sauce tomate légère et parfumée aux olives noires, aux anchois, aux câpres et aux oignons. J'en vois déjà qui tirent la grimace car beaucoup frémissent dès qu'on prononce les mots anchois ou câpres! En réalité, on ne les sent pas car ils sont hachés menus, ils procurent juste le goût salé et acidulé de la sauce sans la plomber par leurs arômes forts.

Pour trois belles assiettes:

deux petits oignons
deux gousses d'ail
deux-trois filets d'anchois (j'ai fait l'erreur d'acheter des anchois entiers au sel, brrr)
une boîte de tomates pelées
un petit piment séché (facultatif)
une pincée d'herbes de Provence
une cc de câpres
une poignée d'olives noires dénoyautées
un peu de persil plat

Dans une poêle, faire revenir les oignons et l'ail hachés menu dans une cs d'huile d'olive. Quand ils colorent, ajouter les anchois hachés fins, le piment écrasé éventuellement puis les tomates. Concasser ces dernières avec une cuillère en bois, ajouter une pincée d'herbes de Provence et laisser mijoter une vingtaine de minutes.
Pendant ce temps, faire cuire les pâtes.
Un peu avant la fin de la cuisson, ajouter les câpres hachés ainsi que les olives entières ou coupées en deux.
Servir avec un peu de persil plat haché.

Pain au sirop d'érable et aux noix


Une recette de Nigella Lawson dans son manuel destiné à faire de la simple ménagère une déesse du foyer (How to Be a Domestic Goddess), en fait, un livre très complet sur la pâtisserie et tout ce qui cuit au four (baking, quoi), plein de belles photos et des remarques passionnantes de l'auteure.

J'aime bien faire ce pain légèrement sucré aux arômes d'érable et de noix. Il a une mie assez dense mais tendre et moelleuse. Presque un gâteau, en somme. Parfait tartiné de beurre et de confiture, mais également bon avec du fromage.

Voici comment j'ai procédé (je n'ai pas modifié grand chose):

500G de farine complète
100g de farine de gruau (ou tous usages)
1 cc sel
1 sachet de levure de boulanger
300-400 ml d'eau tiède
4cs de sirop d'érable
une poignée de noix (dans la recette d'origine, des noix de pécan)

Mélanger les farines, le sel et la levure dans le bol du robot (ou un saladier). Mélanger 300ml d'eau tiède avec le sirop d'érable et l'incorporer à la farine jusqu'à obtention d'une pâte souple (il faudra plus ou moins de liquide selon la farine). pétrir quelques minutes et laisser lever deux heures sous un torchon.
Au bout de ce temps, la pâte a doublé de volume, l'écraser et la pétrir un peu, puis lui ajouter les noix. La déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé, couvrir et laisser lever encore trois quarts d'heure. Préchauffer le four à 220°C avant d'enfourner le pain, au bout de 15 minutes, baisser sur 180°C et laisser cuire encore 20minutes. Le pain est prêt quand il sonne creux quand on tapote par dessous.

Wednesday, March 08, 2006

Cochon des iles ou rougail saucisses (et un cochon pour Doriann)

Tout d'abord, voici un cochon pour Doriann qui nous en réclamait à grands cris


(j'espère qu'il te plaît!)

Il n'y a pas si longtemps, je vous disais qu'en Angleterre, pour se faire des amis du type masculin, les Françaises faisaient des crêpes parties, moi, j'aimais déjà faire la cuisine, mais histoire de me différencier, j'avais emmené avec moi un vieux cahier dans lequel j'avais inscrit quelques recettes inratables de ma Maman. Quand on est d'origine réunionnaise et qu'on sait cuisiner (je me flatte un peu), on nous demande souvent de faire des plats de là-bas, soit par curiosité, soit par amour de cette cuisine au carrefour des continents africain, asiatique et européen. Et la recette inratable, ce n'est pas forcément le cari poulet ou de porc ou encore le cabri massalé, non, car ces viandes peuvent toujours vous trahir et rester dures, non la recette inratable, même pour les nul(le)s, mais à condition d'avoir de bons produits, c'est le rougail saucisses. Ca marche à tous les coups, et d'ailleurs, qui n'aime pas les saucisses et les tomates? De plus, ce n'est pas un plat trop relevé, et on peut même être fou et faire un rougail poissons.

Les puristes diront qu'il faut absolument des saucisses de la Réunion, sans quoi, ce n'est pas bon. Tanpis pour eux, ils se privent de bonnes choses. Si l'on a des saucisses de bonne qualité, fumées ou non, le rougail sera bon. Même avec les petites choses roses pâles moyennement appétissantes du boucher anglais, ça a bien marché, alors...en terre lorraine, je prends des saucisses locales fumées d'un très bon boucher-charcutier (les mêmes qu'ici) et le résultat est à la hauteur de mes attentes.

Traditionnellement, le repas réunionnais se compose d'un plat de viande en sauce, de riz et de grains, c'est à dire soit des haricots rouges, soit des lentilles, soit des pois cuisinés en une sauce épaisse. On sert du rougail sauce froid, rien à voir avec le plat d'aujourd'hui, plutôt une petite sauce froide pimentée à base de légumes. Donc mon assiette de ce soir se compose de rougail, de basmati et de lentilles corail (cuisinées avec de l'eau, du bouillon de légumes en poudre et une pointe de curcuma).

Rougail saucisses (pour 4)


2 saucisses lorraines ou équivalent (de bonnes chipolatas, ou merguez, ou des saucisses à la basque trouvéesun jour chez Inno)
deux ou trois oignons
4-5 gousses d'ail
un dé de gingembre
du thym frais ou sec (mais surtout pas d'herbes de Provence, sinon votre rougail se transforme en saucisses provençales, du thym ou rien)
une boîte de tomates pelées ou concassées ou en saison six belles tomates
(si vous aimez le piment, pourquoi ne pas en mettre un peu)
Si vous optez pour des saucisses à cuire, il faut les piquer et les faire bouillir un quart d'heure à découvert.
Dans tous les cas, couper les saucisses en rondelles ou les laisser entières si elles sont petites et les faire frire. Jeter le gras et ajouter les oignons émincés. Bien remuer et laisser cinq minutes. Puis ajouter l'ail émincés, le gingembre râpé, le thym un peu de sel et du poivre. Remuer encore, laisser deux minutes puis verser les tomates. Ajouter un verre d'eau et couvrir. Laisser mijoter au moins vingt minutes, sinon plus, découvrir un peu pour laisser évaporer l'eau des tomates.

Parallèlement, préparer le grain (si vous optez pour des grains secs, les préparer bien à l'avance). Les boîtes conviennent très bien, il suffit d'égoutter les haricots rouges, puis de les mettre dans une casserole avec de l'eau (pas trop), du curcuma, sel et poivre et laisser compoter. Les lentilles corail sont évidemment bien pratiques puisqu'elles cuisent assez vite.

Tuesday, March 07, 2006

Les cookies santé : tahin, céréales, chocolat

Depuis quelques jours, j'ai une fringale de cookies, ça m'arrive parfois, il suffit que j'en vois dans des magazines ou chez les autres blogueurs ou sur les forums, et hop! ça revient. Autour de moi, j'en ai vu au chocolat, on a parlé de flapjacks (barres aux flocons d'avoine), et le livre de Scally n'a pas arrangé les choses, qui contient des cookies, des flapjacks, des muffins etc. Mais je me suis retenue vu que mes pantalons me trahissent de nouveau!

Parallèlement, j'ai découvert Bakingsheet, un blog fabuleux où on ne parle presque que de choses sucrées. En lisant l'index, j'ai trouvé cette recette estampillée santé mais pas régime quand même, mais puisque ça fait du bien, je n'ai pas trop hésité!

Pourquoi santé? Eh bien, il y a peu de beurre, moi j'ai mis de la margarine allégée, mais pas régime car on lui substitue du tahin (pâte de sésame), et puis, on y met du sucre roux et des flocons d'avoine. La recette originale contient un oeuf et un blanc, donc moins de cholestérol. Et puis une partie de la farine est complète, voilà!

Avant que je commence, je dois vous prévenir que les mesures sont en tasses, moi j'en ai acheté chez le grand Suédois, sinon, prenez un verre doseur et basez-vous sur 250ml (au pif pour les tiers....)

J'ai modifié très peu de choses, je vous donne ma version et vous invite à découvrir Bakingsheet, même si c'est en anglais!
Préchauffer le four sur 180°C.
Dans un bol, mélanger 2 tasses de flocons d'avoine (moi, j'avais des flocons 5 céréales bio) avec 1/2 tasse de farine tous usages, 1/2 de farine complète (épeautre complet chez moi), 1cc de cannelle, 1/2 cc de sel et 1/2cc de bicarbonate de soude (en pharmacie).
Dans un autre bol, idéalement celui d'un robot, battre 4 cs de beurre et une demi-tasse de tahin jusqu'à ce que le mélange soit lisse, puis ajouter 1/2 tasse de sucre en poudre (chez moi du roux) et 1/2 tasse de vergeoise blonde, et enfin un oeuf et un blanc d'oeuf.
Verser ensuite les flocons et la farine et battre pour combiner, mais pas plus. Ajouter ensuite une tasse de pépites de chocolat (ce qui fait un peu moins d'une plaque de 200g concassées) et éventuellement des noix hachées.
Former des tas un peu épais à l'aide d'une grosse cuillère, laisser de l'espace car ils s'étalent en cuisant, puis enfourner pour une dizaine de minutes, les bords doivent être brûnis. En fait, la première fournée était un poil trop cuite!

On obtient de délicieux cookies (28 moyens ou gros), dont on ne devinerait jamais l'ingrédient anti-cholestérol (le tahin), même si on sent un arôme de sésame. Ils croustillent et sont chewy, très bons pour le goûter et votre coeur!

Monday, March 06, 2006

Mes livres de cuisine (questionnaire)

Anne de Papilles & Pupilles a pensé à moi pour ce questionnaire sur les livres de cuisine, merci Anne:-*
Comme il se doit, je vais certainement vous saoûler avec mon addiction, donc rendez-vous directement sur les photos si vous préférez!
Voici ma collection

ah, il y a ça aussi


Depuis longtemps, je les aime, voici mon tout premier que j'adore et auquel je tiens beaucoup,

offert par ma petite Môman lors d'une expédition dans notre magasin de jouets préféré rue Daguerre dans le 14° (Aux cousins d'Alice, je crois qu'il existe encore). La recette que je fais et refais, quoique ça fait un bail maintenant que je n'en ai pas mangé, c'est celle du pain d'épices. J'aime les illustrations tendrement 80's, il me rappelle plein de bons souvenirs!

En réalité, cela ne fait que 5 ans environ que je collectionne activement. J'essaie de me raisonner et de rationaliser mes achats afin de ne pas me retrouver avec des livres achetés sur un coup de tête et qui ne me serviront jamais. J'ai des auteurs chouchous comme Jamie Oliver et Nigella Lawson dont j'ai tous les ouvrages, et j'aime aussi les bouquins de Marabout, que ce soient des traductions ou des ouvrages originaux.
J'aime les belles photos, et je regrette leur absence (comme dans How to Eat de Nigella, ou dans celui de Scally).

Dans le rayon bizarreries, voici mes choix :


un livre de cuisine de l'ancienne RDA, publié récemment, avec des recettes des nouveaux länder allemands, d'autres d'inspiration des pays de l'Est, et quelques explications sur le mode de vie sous le régime est-allemand. Il faut savoir que tout ce qui est estampillé ex-RDA fait recette en Allemagne, les produits alimentaires "nostalgie" et des petites choses comme les petits bonshommes des feux rouges...
L'autre est un livre de recettes appréciées du King, mais apparemment, ce n'est pas le livre officiel! On y trouve des délicatesses, telles que la pizza bbq, la crème au chocolat, etc des recettes américaines bien riches et assez classiques, mais plutôt sympas!

*Quel(s) livre(s) conseilleriez-vous à une débutante?*


Ces deux-là contiennent toutes les bases de la cuisine de tradition française, c'est vers eux que je me tourne pour faire du bourguignon, ou du gratin dauphinois ou même des oeufs mollets! J'ai découvert Ginette Mathiot grâce à ma tante qui ne se sert que de Je sais cuisiner. Là encore, pas de photos et des explications quelque peu dépassées parfois, mais des valeurs sûres. Le Bocuse est bien aussi, un peu plus festif que le Mathiot, mais moins complet.
En anglais, je conseillerais How to Eat de Nigella, qui est très fourni et très agréable à lire, comme un roman.

*Quel(s) livre(s) aimeriez vous faire partager avec d'autres amateurs éclairés ?*

Amateurs de télé : The Sopranos Cookbook
Amateurs de pain lisant l'anglais : The Handmade Loaf de Dan Lepard
Amateurs de pâtisseries : l'incontournable Larousse des Desserts
Amateurs de cuisine traditionnelle british : The Complete Cookery Course de Delia Smith (même si je dois bien avouer m'en servir très rarement, il est pas très fun!)


*Quel est votre livre de cuisine fétiche, que vous emporteriez sur une île déserte ?*

Difficile à dire, c'est plutôt par phases. Donc, en ce moment, s'il ne devait m'en rester qu'un, ce serait celui-ci car il est beau, fait avec amour et couvre plusieurs pays différents. Et je m'en sers beaucoup.


*Une déception?*

Honnêtement, j'essaie de réfléchir avant d'acheter, même si ça peut paraître difficile à croire. Mes auteurs préférés me déçoivent rarement, un peu comme mes groupes préférés, quand on est fan, on aime sans condition. Bien sûr, j'ai parfois acheté parce que le prix était baissé, mais je ne suis pas déçue car ce n'était pas trop cher (il y a un petit magasin de livres dégriffés pas loin de chez moi, et une fois j'ai pris deux bouquins comme ça, et ils ne m'ont pas encore servi, mais ne m'ont pas vraiment déçue non plus).
Je dirais que celui que j'aime le moins, c'est le suivant



c'était un exemplaire gratuit, jamais je ne l'aurais acheté, même à moitié prix, je ne connais pas l'auteur, il est très "pro" mais en même temps, il utilise de la poudre de crème vanille pour une tarte au citron "à la française", mrmph!

*Vos derniers achats ou cadeaux en date ?*


Le der des der, c'est celui de Scally, que j'ai pris en double pour en donner un à ma nièce préférée, Léna! J'aime beaucoupo (même sans photos) car ce sont là des recettes que je connais pour la plupart, mais adaptées pour nos GMS et il y en a plein et elles sont toutes sympas.
Puis vient celui sur la Provence offert par mes parents lors de leur dernière visite:-* à tester!
Et avant ça, celui pour Bébé, à tester également...
et encore avant, mon livre chouchou du moment, Mon Carnet Gourmand
aussi le dernier (et mon seul) Nigel Slater, que j'aime aussi beaucoup, pour le ton intimiste, les photos soignées mais naturelles, les bonnes recettes et le beau papier, ouf!
et enfin Born to Cook 2, un livre allemand reçu à Noël du Papa, j'aime bien son auteur, Tim Mälzer, un peu le Jamie O allemand, mais moins playboy, je l'ai réouvert hier et il y a plein de bonnes recettes à tenter:-)

*Et enfin les projets*

C'est bizarre, mais pour l'instant je suis satisfaite (pas étonnant!), je prévois juste de m'offrir le prochain Tessa Kiros en VO, après avoir lu ce que les autres diront à son sujet (à moins que je ne sois impatiente!). Rien d'autre en vue, ce qui est plutôt étrange, mais enfin, n'oublions pas que je suis également abonnée à Cuisine Ac' et ses HS ainsi qu'à delicious...!!!

Pour conclure, je vous laisse avec mon plus petit livre, incontournable souvenir d'Irlande


voici le moins cher, le libraire vidait sa cave, je pense!


le plus cher, car bien évidemment il est offert, mais il faut quand même avoir acheté (ou s'être fait offrir) le robot;-)



Et enfin, n'y pensez même pas, je ne les prête pas;-)

Saturday, March 04, 2006

Carrot cake : gateau aux carottes glacé au fromage frais


Une spécialité toute anglo-saxonne à découvrir absolument! Il en existe d'innombrables recettes, dont une dans le petit bouquin de Pascale aka Scally de C'est moi qui l'ai fait! Mais ce n'est pas celle-là que j'ai choisie, j'ai écouté mes amies du forum de Nigella, où toutes celles qui l'avaient fait l'avaient adoré. Elle est tirée d'un livre que j'aime beaucoup, et dont j'ai déjà pas mal parlé, Mon Carnet Gourmand, de Tessa Kiros. J'ai fait exactement ce qu'elle préconisait, sauf pour le glaçage qui incluait une quantité astronomique de beurre et de sucre glace, d'autant plus qu'on m'avait dit que ça faisait beaucoup trop de glaçage,mais ça dépend des goûts bien sûr!

Les carottes apportent du moelleux à la pâte, la cannelle est bien présente, et le contraste avec le glaçage très légèrement salé est parfait! On sent à peine les noix, mais sans elle quelque chose manquerait, je pense.

Comme je n'avais pas assez de carottes, j'ai ajouté une pomme râpée.

Beurrer et fariner un moule asez grand. Préchauffer le four à 180°C.
Râper 400g de carottes épluchées et hacher finement 50g de noix.
Battre 4 oeufs avec 250g de sucre, jusqu'à obtention d'un mélange mousseux, puis verser 185 cl d'huile végétale et continuer à émulsionner.
Dans un autre bol, combiner 300g de farine, 2 cc de levure chimique, 1 cc de bicarbonate de soude (en pharmacie), ainsi que 2 cc de cannelle moulue.
Mélanger l'émulsion et les ingrédients secs, puis continuer à battre pour incorporer les carottes ainsi que les noix.
Verser dans le moule et enfourner pour environ une heure, la pointe du couteau doit ressortir sèche. Le gâteau est assez brun.

Pour le glaçage, je vous donne ma version : Battre en pommade une grosse cs de margarine à 60% avec six cs de sucre glace, puis ajouter 2cc de jus de citron et 180g de fromage à tartiner nature de la marque de votre GMS ou du St-Môret, mais ce dernier est plus salé! Attendre que le gâteau ait complètement refroidi avant de le tartiner de glaçage. Après un passage au frigo, le glaçage durcit un peu, à vous de voir comment vous le préférez. S'il en reste, congelez-le en tranches séparées par du papier cuisson.

Pour les premières parts, la croûte s'est séparée de la tranche, je ne sais pas pourquoi car les autres se tenaient bien, le pointe du couteau pour vérifier la cuisson, peut-être!

Wednesday, March 01, 2006

Gigot au citron et ses pommes confites



Quoi de meilleur qu'un bon gigot? Pour moi, un repas de fête digne des meilleures tables, qui fait toujours son petit effet et pourtant bien plus simple à rôtir qu'un roastbeef, car même si on se doit de le manger rosé, la plupart des gens l'aiment à point, et si on se trompe d'une demi-heure, peu de convives le remarqueront. Nous l'avons dégusté à la veille du départ de mes parents, pour finir en beauté.

Je ne me lasse pas de ce livre, il a de belles photos, de bonnes recettes, il a été fait avec amour, et ce n'est pas là le délire de l'accro aux bouquins de cuisine, mais des paroles empruntées à ma Maman, qui l'a tenu entre ses mains et l'a beaucoup apprécié elle aussi.

L'auteure, Tessa Kiros, qu'on a presque envie d'appeler Tessa tout court tant elle partage ses souvenirs culinaires avec nous comme si on était amis, est en partie d'origine chypriote et cette recette puise dans ses recettes grecques. Le gigot est bien cuit, parfumé délicatement au citron et à l'origan, les pommes de terre délicieusement confites et aromatisées.



Selon sa recette, on enduit le gigot de jus de citron, d'origan séché et on parsème de noisettes de beurre. On le met à four chaud une demi-heure avec un verre d'eau et quelques cuillérées d'huile d'olive , le temps qu'il dore sur chaque face. Au bout de ce temps, on ajoute des pommes de terre coupées en dés (et pour moi quelques gousses d'ail non pelées), on baisse le four sur 180°C et on couvre le plat de papier alu. De temps en temps on le retourne, et on laisse cuire deux heures-deux heures trente. La fin de la cuisson s'effectue à découvert si on l'aime plus doré.

Crepes, pancakes, pfannkuchen, blintz and co en photos

Voici donc LA crêpe de cette année, inspirée de delicious dont la recette se trouve ici, finalement, j'ai fait ma rexcette aux quatre oeufs qui donne de belles crêpes bien moelleuses, un peu épaisses, à l'allemande, et je les ai fourrées au yaourt et non à la crème, et la sauce manquait aussi de crème liquide, mais c'était tout de même, euh, delicious...










mais j'aime bien aussi le combo banane écrasée-Nutella

Pour ceux qui ne connaissent pas les blintzes, ce sont des crêpes farcies de cream cheese (genre St-Môret) et cuites au four servies avec un coulis. Je n'en ai jamais goûtées non plus!