Friday, March 28, 2008

Egg mimosa


Mimosa. I know this brings to mind a cocktail of champagne and orange juice, as well as the fluffy yellow flowers of Spring. But oeuf mimosa is also a bistro (or should I say, canteen) classic, to be found on the menu of all good traditional restaurants. And, yes, quite often, in the cafeterias of schools, offices, and motorway cafés.

I now collect an organic box every week from a local organization that helps people find jobs through gardening and agricultural activities. Last week, for Easter, customers could order coloured hard-boiled eggs from a local farm. This week, surprise, surprise, each box had a 6-pack of coloured eggs in it. I thought they should go asap, as they were probably boiled ten days ago. Finding myself with an opened jar of mayonnaise, a quite unusual item in my household, I thought of making an egg mayonnaise sandwich for lunch, then thought better of it and made oeuf mimosa. The simplicity of it! The nostalgic mouthfeel!

You just mash most of the yolk with mayonnaise, then fill the cavity of the egg white with this, sprinkle the leftover yolk, some ground pepper and voilà! Memories refreshed and made better because, even though I don't make my own mayonnaise (which, for two eggs would me madness anyway), this was much better than the stuff they use in canteens.

Did you know that there's a huge difference in terms of mayonnaise sold over the world? The French versions are not sweetened, they're sharpish. You can buy it made with olive oil, or lemon juice, and there's always, always mustard in it.

Gratin-quiche aux pommes de terre, épinards et lardons de chouriço


Ou bien quiche en gratin... Comment, un soir de semaine où le besoin de glucides se fait sentir (comme tous les soirs, en somme), une idée jaillit dans mon esprit quelque peu embrumé par le début d'un rhume, pour faire cuire le gratin plus vite... à plat dans un moule à tarte.

Et que mettre dans ce gratin? S'il n'y a que des patates, j'aurai des plaintes, que ce ce n'est pas un vrai repas, puisqu'un vrai repas, comme tout le monde sait, comporte une viande et deux accompagnements. Ah! ah! ah! c'est ça quand on a été élevé par une mère au foyer. Il serait temps que je retourne travailler, moi...

Bref, je finis par décongeler quelques galets d'épinards, ainsi qu'une large tranche de chorizo portugais, coupé en lardons et dorés à la poêle, et voilà.


Gratin-quiche aux pommes de terre, épinards et lardons de chouriço

Pour deux ou trois affamés

7 patates de petite taille
200g d'épinards en branches surgelés décongelés
120g de chorizo ou de lardons
environ 60 cl de béchamel légère*
1 gousse d'ail
parmesan

Préchauffer le four à 200°C. Faire dorer les lardons à la poêle sans matière grasse. Eplucher et trancher très fin (3mm), au robot par exemple, les patates. Eplucher l'ail, couper la gousse en deux et la frotter dans un moule à tarte, puis la hacher et parsemer au fond du moule. Déposer une fine couche de pomme de terre, puis les épinards. Presser avec les mains pour aplatir. Répartir les lardons sur le dessus et recouvrir de patates. Verser la béchamel pour recouvrir le tout, attention à ne pas trop en mettre quand même sinon elle risque de déborder à la cuisson.
Râper du parmesan sur toute la surface et enfourner pour 50 minutes environ, si la pointe d'un couteau perce facilement les pommes de terre, c'est prêt.

* Pour la béchamel, je fais chauffer du lait, puis je verse un mélange de maïzena et de lait froid, et fouette jusqu'à ébullition et opbtention d'une consistance crémeuse, mais pas épaisse. Je suis à pau prèès les proportions du paquet de maïzena pour une sauce liée.

Saturday, March 22, 2008

Latest meals

It's been over a month since I last posted. Not that I don't cook, or don' take photos, it's just that I've been excessively lazy and tired.

Still, here are a few of the meals I've had this week.

Last weekend, I made veal with olives and lemon. It was very very good, in a summery way. Summer is still a long lost dream at this point, let me tell you. It's been snowing for the past few days and even if the snow's melting as soon as it hits the ground, it's been rather unpleasant.


A nice baked apple stuffed with homemade pain d'épices and butter is the best dessert for such weather.



Then, inspired by what Paola said she had had for dinner, I set off to make my own version of pasta with chestnut mushrooms in a white wine, blue cheese (St-Agur-it's made with pasteurized milk) and cream sauce. Don't be fooled by the simple recipe method, it was comforting but still had enough grown-up complexity about it.



Next we have mashed potatoes enriched with quinoa, special thanks to Jesse who introduced me to this texturally and healthily interesting combination, with an entrecôte grilled in the pan, then marinated in lemon juice and olive oil, à la Nigella Express.


Lastly, some sharpish involtini following a recipe in Nigella Bites, filled with bulgur, feta, capers and pistachios for Mediterranean flavours.


I have plenty of archive pics to post, but I'm the type who prefers to tell about the latest things. Notice that I haven't even bothered to write up recipes, but if anyone's interested in anything, I'll happily oblige!

Sunday, March 16, 2008

Veau aux olives et au citron et pommes au four au pain d'épices



Repas plutôt terroir français ce soir. J'avais acheté du veau de l'Aveyron et du Ségala l'autre jour, du sauté de veau pour être précise. J'aime bien pouvoir acheter des produits de "mon" terroir (mon père est Aveyronnais, après tout), même si ce n'est pas local, enfin, ça reste dans l'Europe...
J'avais prévu une blanquette, mais ce matin, je n'ai plus eu envie de blanquette, finalement, c'est assez fadasse la blanquette, sans parler de riche. Je me suis vaguement souvenue que le veau se marie bien avec les olives, et après un petit tour sur le net, j'ai composé ma recette. Saviez-vous que le veau aux olives vient de Corse? Moin non plus. On mourra moins ignare...

Pour les pommes, il faut que je vous dise un truc. C'est ma deuxième semaine abonnée au panier bio de co-labor, un organisme qui aide à l'insertion professionnelle tout en pratiquant une culture maraîchère bio. Comme c'est l'hiver, et que le Luxembourg est un petit pays, l'essentiel des produits sont importés, mais dès le printemps, il y aura leur propre production. En plus, on peut demander des oeufs de la ferme, et ça c'est bien. J'aime aussi l'idée de devoir composer avec les produits du panier. Cette semaine, des betteraves crues- je déteste les betteraves, mais comme je n'aime pas gâcher, je leur trouverai bien une utilité...

Et donc, il y a un kilo de pommes, des pommes qui fleurent bon la campagne, mais qui ne sont pas très croquantes. Donc j'ai misé sur cette recette, que j'ai vaguement suivie, d'ailleurs Cyril Lignac est Aveyronnais lui aussi, de tout près de chez mes parents. J'avais du pain d'épices maison d'après une recette de Saveurs, un peu sec (sans oeufs), ça tombait bien.

Mais je digresse...
Pour le veau, donc, je me suis inspirée de plusieurs recettes glanées ici et .

Veau aux olives et au citron (pour 2-3 personnes)

700g de sauté de veau ou veau à blanquette
1 bel oignon
1 gousse d'ail
15cl de vin blanc (du Gaillac, ha!)
origan séché
laurier
farine
1 citron bio
un petit bol d'olives vertes dénoyautées couvertes d'eau pour les dessaler

Faire chauffer un peu d'huile d'olive et une noix de beurre dans une cocotte. Y faire suer l'oignon avec un peu de sel. Quand il est transparent, ajouter la viande en cubes et laisser saisir de toutes les faces. Ajouter l'ail haché et laisser évaporer le jus un peu. Mouiller avec le vin. Laisser évaporer l'alcool une dizaine de minutes. Saupoudrer d'une bonne cuillérée de farine et mélanger. Verser de l'eau à hauteur de la viande, ajouter une feuille de laurier, un peu d'origan, sel, poivre et couvrir.
De temps en temps, jeter un oeil. S'il y a trop de liquide, découvrir et laisser réduire un peu.
Quand la viande commence à s'attendrir, découper des bandes d'écorces de citron (la moitié suffira. Presser le jus et les ajouter à la sauce avec les olives. Si nécessaire, prélever un peu de jus et fouetter encore un peu de farine pour lier. Verser dans la cocotte et bien remuer, recouvrir pour une vingtaine de minutes.
Servir ce délicieux plat aux saveurs estivales avec du riz, des pâtes ou de la polenta, quoique des pommes vapeurs feraient bien l'affaire elles aussi.


Verdict: délicieux si on aime la saveur des olives et du citron, bien sur!
Et les pommes étaient vraiment très très bonnes elles aussi, le pain d'épices forme une croûte craquante et à l'intérieur, il devient tout fondant....

Wednesday, March 05, 2008

Les six révélations

Merci à Grand Chef qui a pensé à moi pour ces 6 révélations...

1) Ici vous ne trouverez pas d'espuma, de verrines, ni d'entremets. Je ne pratique pas ce genre de cuisine.

2) Je ne bois pas de café, et je n'aime pas le goût du café dans la cuisine.

3) Je bois rarement des boissons sucrées, sauf l'été de temps en temps.

4) Avant d'améliorer mon répertoire culinaire, je faisais les plats suivants : saumon-épinards à la crème, curry de poulet, rougail saucisses et moussaka. Un jour, j'ai eu des plaintes alors j'ai commencé à acheter des livres et à expérimenter...

5) J'ai été végétarienne pendant six mois. En Angleterre pendant la deuxième crise de la vache folle. Un seau plein de KFC m'a lamentablement fait faire marche arrière.

6) Cuisine.tv n'est pas la panacée. Les émissions étrangères sont mal doublées. Les émissions "maison" sont produites dans des studios identiques -ou alors, ils n'ont qu'un seul studio. On trouve de grosses fautes de langue dans la rédaction des recettes (vu dans Les Tartines de Gontran : "Pétrisser la pâte..." (sic), d'ailleurs quelqu'un devrait faire du shopping avec Gontran, qui, par ailleurs, est assez télégénique, mais ses fringues, erm...) Au début, on trouve Carine T. sympathique et enjouée, au bout de trois émissions, on a l'impression qu'elle doit avoir des crampes dans les zygotiques à force de bonne humeur, euh, exagérée, ou alors qu'elle prend une double dose de Prozac avant le tournage.


Ici ou vous trouverez d'autres questionnaires avec de vagues révélations sur ma petite (1m56) personne, et si vous relisez tous mes billets, vous en saurez encore davantage sur mes petites névroses quotidiennes...